feature one

Votre projet

Que vous soyez locataire ou propriétaire occupant ou bailleur, trouvez le bon renseignement pour votre projet.

feature two

Votre adil

L’ADIL 66 fait partie d’un réseau national de 80 agences dans toute la France, réunies au sein de l’ANIL.

feature three

Outils

Trouvez les bons outils pour calculer les révisions de loyer, simuler une acquisition, estimer des plus-value…

feature three

Documentation

Guides, dépliants & Modèles de lettres en libre service. PDALHPD

Normes de décence et restitution du dépôt de garantie.

JURISPRUDENCE CA Metz, 8 avr. 2021, n° 19/02208;

« Il est ainsi démontré que le bailleur a manqué à son obligation de délivrance d’un logement décent en remettant au locataire un logement dont la chambre à coucher et la salle de bain sont aménagées en sous-sol sans aucune ouverture sur l’extérieur et sans dispositif d’aération ou de ventilation, ce qui est contraire aux dispositions de l’article 1331-22 du code de la santé publique et à celles de l’article 2 du décret du 30 janvier 2002. Il s’ensuit que les problèmes d’humidité du logement liés à l’absence d’aération suffisante sont imputables au propriétaire et le fait que le locataire ne lui ait pas adressé de mise en demeure est sans emport puisque l’indécence du logement liée à la location de pièces en sous-sol et sans aucun système de ventilation a fortiori pour une pièce humide comme une salle de bains, existait dès l’entrée dans les lieux. »
« Sur le dépôt de garantie
Aux termes de l’article 1353 du code civil, celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit la prouver et réciproquement, celui qui se prétend libéré doit justifier le paiement ou le fait qui a produit l’extinction de son obligation.
En l’espèce, si le contrat de location signé le 1er juillet 2005 prévoit que le dépôt de garantie est fixé à 820 euros, cette seule mention est insuffisante à démontrer le versement effectif de cette somme, étant observé que l’appelant ne produit aucune pièce pour justifier de ce règlement et que l’attestation de M. F A est insuffisamment probante. En conséquence, il convient d’infirmer le jugement et de débouter M. X D de sa demande de remboursement du dépôt de garantie. »

Cas pratique: Assemblée de copropriété et crise sanitaire

AG

Monsieur H. d’Argelès sur Mer : « Le syndic a convoqué l’AG au mois de mai 2021 et ne propose que le vote par correspondance. En a-t-il le droit? ».
Réponse de Fanny BRUNET, juriste : « Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses ordonnances ont précisé les modalités d’organisation des AG en copropriété. La possibilité d’organiser des AG en visio ou par correspondance était déjà envisagée mais la mise en pratique a été accélérée du fait de la pandémie. Encore aujourd’hui, la tenue des assemblées générales en présence des copropriétaires reste quasiment impossible du fait des contraintes sanitaires. Pour l’essentiel, les AG se font via un vote par correspondance. Une ordonnance du 10 février 2021 a prolongé le délai pendant lequel le syndic peut recourir aux AG dématérialisées à savoir : un mois après la fin de l’état d’urgence, soit – à ce jour – jusqu’au 1er juillet 2021. Si l’état d’urgence sanitaire devait être prolongé, ces mesures le seraient automatiquement aussi.
Le syndic peut donc parfaitement organiser l’AG prévue en mai uniquement sur la base des votes par correspondance ».

Enquête de satisfaction.

enquête satisfaction

Enquête de satisfaction 2020: les chiffres de l’ADIL 66 communiqués par l’ANIL.
Nous remercions toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à notre enquête de satisfaction.
92% des personnes interrogées disent avoir reçu un bon accueil,
97% des personnes confirment avoir reçu des explications compréhensibles et une réponse adaptée à leur besoin;
99% des personnes interrogées disent avoir rencontré un conseiller compétent et recommandent l’ADIL 66.
100% des personnes interrogées estiment le délai très satisfaisant avant d’être reçu par un conseiller.

Travaux urgents réalisés par le locataire (Cass. Civ III : 28.1.21)

travaux

Un tableau électrique qui brûle caractérise une situation d’urgence autorisant le locataire à faire procéder, de sa propre initiative, à son remplacement. La Cour d’appel, pour refuser la demande de remboursement formée par le locataire, retient que ce dernier ne rapporte pas la preuve de l’urgence absolue ayant justifié les travaux et ne pouvait par conséquent prendre seul l’initiative de les confier à un professionnel aux conditions de son choix.
Pour la Cour de cassation, toutefois, le remplacement d’un tableau électrique brûlé caractérise une situation urgente devant être prise en charge par le bailleur.

Cette décision confirme une jurisprudence constante, pour obtenir le remboursement des travaux engagés de sa propre initiative, le locataire doit justifier :
– d’en avoir informé le propriétaire au préalable,
– d’avoir réalisé les travaux à moindre coût,
– de l’urgence de la situation (sachant que ce dernier critère est apprécié différemment selon les circonstances).

Les Vendredis de l’ADIL 66.

Face au contexte sanitaire et aux nouvelles mesures de restriction, nous sommes contraints de suspendre nos permanences à Saillagouse et Pia prévues ce vendredi 16 avril 2021.
Nous restons à votre entière disposition pour tous renseignements sur le logement et l’habitat.
Vous pouvez nous contacter au 04 68 52 00 00 et sur contact@adil66.org.